L’EPS BD, pionnier dans la démarche PTSM et mobilisé en soutien de l’attractivité et des ressources humaines en santé

À l’occasion de sa cérémonie des vœux, le jeudi 30 janvier 2020, l’EPS Barthélemy Durand a mis en valeur son projet d’universitarisation en lien avec le Ministère, l’association de l’établissement à des recherches d’envergure nationale (RHU/FHU) et l’incubation en cours d’une start-up d’État en intraprenariat. Il a également mis en avant la formation en cours d’infirmiers de pratiques avancées, la labellisation de 7 programmes développement professionnel continu, ou encore l’adoption du projet territorial de santé mentale (PTSM) de l’Essonne, premier en Île-de-France arrêté par le Directeur général de l’ARS.

60 millions d’euros pour les sites de Sainte-Geneviève-des-Bois et d’Étampes en faveur des conditions de travail des hospitaliers

"Notre ambitieux schéma directeur immobilier à 10 ans prévoit une forte accélération en termes d’investissements structurants et vise à soutenir l’accueil des patients et les conditions de travail de nos personnels pour les 25 ans à venir", a déclaré Marie-Catherine Pham, directrice. Pour son site de Sainte-Geneviève-des-Bois, avec un investissement à hauteur de 36 M€, "nos projets feront partie intégrante du futur campus santé, répondant aux besoins de la population essonnienne". Pour le site d’Étampes, un investissement de 19 M€ prévoit la création d’un nouveau bâtiment regroupant les services d’hospitalisation, devenue indispensable au regard du taux de vétusté des unités de soin datant de la création de l’hôpital. "Nous sommes en discussion avec l’ARS pour un accompagnement financier de ces opérations, dans le cadre du plan gouvernemental Investir pour l’Hôpital".

Intraprenariat, start up et universitarisation : un établissement en pointe

"Nous avons obtenu l’autorisation de médecine pour le développement d’une filière d’addictologie départementale complète de niveau 3". Sur le plan de l’innovation, "un projet numérique pour la coordination autour de l’émergence de la maladie chez les jeunes fait partie des 3 projets en Île-de-France à entrer en phase d’incubation sous format d’Intraprenariat, dans le dispositif de start-up d’État Betagouv.fr. De plus, notre serious game en réalité virtuelle, développé avec la start up 2J process, et dédié aux familles et à la formation, vient d’être livré". L’ensemble des dispositifs de formation par approches simulées sera intégré dans le centre de simulation en santé, dont les travaux sont en cours de finalisation, soutenant ainsi le territoire du Sud-Essonne.

Qualité de vie au travail, IPA et case-manager : une année placée sous le sceau des RH en santé

"Au niveau national, notre engagement an matière de qualité de vie au travail s’est traduit par le pilotage d’un groupe de travail dans le cadre de l’Observatoire National pour la Qualité de Vie au Travail des Professionnels de Santé, en lien avec la Direction générale de l’offre de soins". S’est également concrétisée l’ouverture d’une consultation externe dédiée au diagnostic et à la prise en charge du burn-out, avec pour projet de la rendre accessible à l’ensemble de l’Île-de-France, avec le soutien de l’ARS. Sur le plan de la formation, l’établissement a passé un vrai cap. "D’une part, notre expertise est valorisée via la labellisation DPC de 7 de nos formations, dont une conférence et une formation en e-learning, en lien avec la démarche qualité et gestion des risque. Elle constitue une nouvelle offre pour les professionnels du département, en phase avec les priorités du PTSM. De nombreux nouveaux programmes internes DPC sont en cours de validation pour 2020". En outre, "9 de nos infirmiers ont été candidats au master 2 de pratiques avancées et le case-management est déjà en place dans plusieurs services en phase avec les orientations de Ma santé 2022. L’intégration de ces nouveaux professionnels représente une plus-value certaine pour la qualité du parcours de soins et promeut l’excellence de nos soignants".

Recherche : une association à des projets d’envergure nationale

L’établissement est ainsi partenaire de PSYCARE, piloté par le Pr Krebs du GHU Psychiatrie et neurosciences (CH Ste-Anne), l’un des projets de Recherche hospitalo-universitaire (RHU) retenus dans le cadre du programme gouvernemental Investissements d’Avenir, avec un budget de près de 9 M€, pour développer "une psychiatrie préventive et personnalisée". Cette recherche translationnelle innovante et de grande ampleur, associe secteurs académique, hospitalier et entreprises.
De plus, suite à l’appel à projets lancé par l’AP-HP, l’Inserm et les universités d’Ile-de-France, notre hôpital est associé à la Fédération hospitalo-universitaire (FHU) ADAPT, destinée à développer la médecine de précision en psychiatrie et en addictologie, pilotée par le Pr Leboyer. "Nous venons également d’être sollicités par un laboratoire pour participer à deux études de phase 2 pour démontrer l’efficacité de nouveaux médicaments". Sans oublier la recherche soignante, qui prend un bel envol, à travers la constitution d’un groupe de 12 chercheurs paramédicaux, soutenu par un praticien chercheur extérieur. "Enfin, nous pilotons un groupe de travail du Groupement Interrégional de Recherche Clinique et d'Innovation d'Ile-de-France (GIRCI) aux côtés du CH Ste-Anne".

Des liens renforcés avec le Canada

"Nous avons reçu la visite de 6 délégations, dont plusieurs du ministère de la Santé québécois, et de notre partenaire de longue date, le CHU de Sherbrooke. Notre convention avec ce dernier a été renforcée par l’élargissement de son périmètre aux échanges entre directions fonctionnelles et aux structures du Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux de la région de l’Estrie. Cinq étudiants infirmiers de notre IFSI effectuent d’ailleurs en ce moment leur stage au Québec".

Établissement pilote du premier PTSM d’Île de France arrêté par le DG de l’ARS

"Le pilotage par notre établissement du premier PTSM d’Île-de-France à être finalisé, parmi seulement 12 en France à ce jour, a constitué un fait majeur en 2019". L’animation départementale de l’établissement s’est également illustrée par l’organisation de 30 événements départementaux. "On notera notre partenariat avec le Dispositif intégré handicap 91 pour accueillir une journée départementale de sensibilisation à l’autisme, rassemblant plus de 500 personnes, dont la délégation interministérielle à la stratégie autisme et neuro-développement".

2020 : concrétiser des projets ambitieux

"Nous souhaitons, pour 2020, la concrétisation de nos projets ambitieux : la structuration de notre centre support de remédiation cognitive et de réhabilitation psychosociale en lien avec les centres de référence nationaux (Ste-Anne, Le Vinatier…), ou le renforcement de notre filière périnatalité, adolescents-jeunes adultes et VigilanS, en lien avec notre centre de crise spécialisé dans la prise en charge du suicide. Enfin, nous participerons, en lien avec le CHSF, le CH d’Arpajon et le groupe Almaviva, à la mise en œuvre d’un centre de consultations et de soins urgents, visant à contribuer au désengorgement des urgences, selon un mode de financement innovant de type article 51".

>> Télécharger le communiqué au format PDF