Modalités de sélection pour les candidats en formation professionnelle continue

LES ÉPREUVES DE SÉLECTION SONT AU NOMBRE DE 2 :

Une épreuve orale :

  • Entretien de 20 minutes portant sur l'expérience professionnelle du candidat. Il s'appuie sur la remise d'un dossier permettant d'apprécier l'expérience professionnelle, le projet professionnel et les motivations du candidat, ainsi que ses capacités à valoriser son expérience professionnelle, comprenant notamment les pièces suivantes :
  • La copie d'une pièce d'identité
  • Le(s) diplôme(s) obtenu(s)
  • Les ou l'attestation(s) employeur(s) et attestation(s) de formation(s) continue(s)
  • Un curriculum vitae
  • Une lettre de motivation

Une épreuve écrite d'une heure, comprenant :

  • Une sous-épreuve de rédaction et/ou de réponses à des questions dans le domaine sanitaire et social d'une durée de 30 minutes qui permet d'apprécier, outre les qualités rédactionnelles des candidats, leurs aptitudes au questionnement, à l'analyse et l'argumentation, ainsi que leur capacité à se projeter dans leur futur environnement professionnel.
  • Une sous-épreuve de calculs simples d'une durée de 30 minutes.

∗ Chacune des deux épreuves est noté sur 20 points.

∗ Une note inférieure à 8 sur 20 à l'une des deux épreuves est éliminatoire.

∗ Pour être admis, le candidat doit obtenir un total d'au moins 20 sur 40.

Il n'existe plus de dispositions transitoires pour les candidats titulaires du diplôme d'État d'aide-soignant ou du diplôme d'auxiliaire de puériculture. Ces derniers relèvent du statut formation professionnelle continue (FPC), à condition d'avoir cotisé 3 ans à un organisme de sécurité sociale quels que soient la fonction ou le métier exercés.

∗ Ces candidats ne bénéficient pas automatiquement de dispenses d'enseignements.

∗ Les attestations de réussite à l'examen de présélection délivrée en 2018, par une agence régionale de santé (ARS) ont leur validité épuisée.

Résultats et reports :

Le bénéfice d'une autorisation d'inscription dans la formation n'est valable que pour l'année universitaire de l'année pour laquelle le candidat a été admis. Par dérogation, le directeur de l'institut accorde, pour une durée qu'il détermine, dans la limite cumulée de trois années, un report pour l'entrée en scolarité :

  • De droit en cas de congés maternité, de rejet du bénéfice de la promotion professionnelle ou sociale, de rejet d'une demande de congé de formation, de mise ne disponibilité, de garde d'un enfant de moins de quatre ans.
  • Exceptionnellement en cas de survenance d'un évènement grave empêchant de débuter la formation.

∗ Les personnes ayant bénéficié d'un report doivent confirmer par écrire leur intention de reprendre la formation six mois avant la date de la rentrée.