#RACONTE-MOI TON JOB !

Ils sont infirmiers, psychiatres, aide-soignants, cadres de santé, administratifs ou psychologues… et oeuvrent au quotidien pour faire progresser la santé mentale. Retrouvez le 1er épisode de notre série de portraits consacrés aux métiers de l'EPS Barthélemy Durand :

EMMANUELLE JEAN, Cadre de santé à la Maison d’Accueil Spécialisée (MAS) - Le Ponant

 

  • Quel est son parcours ?

Emmanuelle intègre l’Institut de Formation en Soins Infirmiers (IFSI) de l’Établissement et est diplômée en 1997. D’un caractère sociable, elle opte pour le côté relationnel qu’elle avait apprécié en psychiatrie lors de ses stages à l’EPS BD.

Son parcours en interne lui donne l’opportunité d’expérimenter différents services. Elle fait ses premiers pas dans un foyer de post-cure puis dans une unité d’hospitalisation. Fraîchement diplômée de l’École des Cadres en 2008, elle poursuit sa carrière en tant que Cadre de proximité dans un autre secteur, dans une unité d’hospitalisation, mais également au sein des structures extérieures.

 

  • Et aujourd’hui alors ?

En septembre 2019, un besoin de changement et une « envie de voir complètement autre chose » l’encourage à postuler à la Maison d’Accueil Spécialisée (MAS) - Le Ponant. Un bâtiment moderne d’environ 2500 m2 dans un cadre verdoyant, une équipe de plus de 90 personnes, une capacité d’accueil de 60 résidents : « C’est un gros bateau à manœuvrer ». Les responsabilités d’Emmanuelle au quotidien, c’est « bien sûr beaucoup de management et de gestion RH ! ».

Ce sont aussi différentes réunions (synthèses cliniques, équipes…), l’interface avec les secteurs psychiatriques dont dépendent les résidents, l’accompagnement dans la gestion des interactions des résidents avec leurs familles et le suivi des Projets Personnalisés Individuels des résidents, la gestion des travaux et de l’entretien du bâtiment…

Très investie au sein de l’EPS, elle participe au groupe « Développement Durable », ainsi qu’à « l’Espace de Réflexion Éthique ».

 

  • Focus sur la MAS...

Structure médico-sociale, la MAS existe depuis 2013 et est un véritable lieu de vie qui accueille des résidents de façon pérenne. Au-delà de tous les soins qui sont prodigués liés aux contraintes somatiques, les patients devenus résidents créent de réels liens sur le long terme avec les équipes, semblables à une « famille ». L’épisode Covid 19, qui a nécessité l’isolement d’une unité complète (12 résidents), a d’ailleurs été l’occasion de témoigner de l’engagement de ces équipes.

D’un point de vue médical, une réorganisation des unités de vie, avec la mise en place prochaine d’une unité spécialisée en Troubles du Spectre Autistique (TSA) au sein-même de la MAS, devrait permettre d’accompagner les résidents de façon encore plus ciblée.

De la salle de musique dont les percussions résonnent dans les couloirs à l’organisation de fêtes d’anniversaire, des repas à thème à l’accompagnement de résidents en ville pour effectuer des achats, l’ambiance de la MAS est humainement très riche et surtout extrêmement chaleureuse. Les personnels sont des passionnés, des volontaires, et ça se ressent lorsqu’on visite l’endroit !